Il est des tragédies…

Il était une fois… des livres de jeunesse qui trompent un peu leur public.
Et bien oui, si on en croit un sondage mené par l’institut raconteuse de livres auprès d’au moins 5 personnes, les livres pour ados devraient se résumer à « des trucs de fantasy avec des vampires en trois, voire quatre volumes où les héroïnes renversent les sociétés ».

 Hum.

Sauf que « Le sel de nos larmes » de Ruta Sepetys échappe à cette vision un tantinet réducteur de ce qu’est la littérature à destination des adolescent(e)s.

cvt_le-sel-de-nos-larmes_2203

Mais où est le titre ?

En 1945, quatre adolescents presque adultes, essayent tant bien que mal de partir vers la mer Baltique pour échapper à l’avancée des troupes soviétiques. Quatre voix parlant de la fuite, de l’horreur, des humiliations subies et bien pire encore..
Il y a Joana, Florian, Emilia et Alfred. Les trois premiers sont lituaniens, prusses, polonais. Le dernier est allemand. Et c’est l’espoir de s’échapper, lors de l’évacuation générale qui va les réunir. Cet espoir est incarné notamment par cet ancien bateau dédié aux croisières : le Wilhelm Gustloff.
Oui mais… le Wilhem Gustloff est la pire tragédie maritime qui a existé. Bien pire que le Titanic : son torpillage par l’armée russe fera entre 7000 et 9000 morts. 
Non, ce n’est pas l’histoire de Rose et Jack, ce n’est pas un ersatz du film de Cameron qui aurait été adapté en roman, et donc pas de Céline Dion en vue. C’est un roman historique (l’auteure insiste bien sur le terme « roman » dans sa postface) qui se nourrit d’une terrible histoire réelle.
Ruta Sepetys a longuement et patiemment réunit des documents, a rencontré des témoins directs ou indirects de cette époque et c’est sans doute pour cela, par le réalisme des descriptions,  que l’on est très vite pris dans le même tourment que ses personnages.
J’avoue avoir un peu râlé à l’idée de lire encore un « roman choral »(à plusieurs voix), mais il fallait bien cela, plusieurs yeux, plusieurs histoires pour nous faire entrevoir ce qui se passait de ce côté-là de la guerre.
Pour tout dire, j’ai même levé les yeux en lisant la quatrième de couverture sur laquelle il est indiqué que ce roman parle d’une « vibrante histoire d’amour, de courage et d’amitié« .
C’est le genre d’accroche qui me fait fuir. Peut-être parce que cela fait trop longtemps que je ne suis plus adolescente ?
Peut-être que l’auteure en fait un peu trop dans le côté romance-pathos-horreur, peut-être. Il n’empêche. Cela passe bien pour le genre.

Et puis, ça change des vampires sexy.

Le sel de nos larmes/Ruta Sepetys, trad par Bee Formentelli. Ed Gallimard.16.50 €
A partir de 13 ans (selon l’éditeur, je dirais pour ma part, à partir de 15 ans au vu des scènes décrites, tout dépend de l’ado et de vous, si vous êtes plutôt du genre Captain Fantastic ou non !)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s