Lecture at the beach III : lecture pour un vieux rouge

Il était une fois… une raconteuse de livres qui allait vous parler d’une lecture truculente qui remonte à plus de dix ans et, cela, sans le livre en question sous les yeux. Exercice périlleux, mais à circonstance exceptionnelle…

René Fallet, ça vous dit quelque chose ? Peut-être que non. Mais si je vous dit, « Paris au mois d’août » ? « Les vieux de la vieille » ? Non ? « Le triporteur » ? Toujours pas ? Mais, et « La soupe aux choux » ?  Sans doute ?
Peut-être avez vous vu les adaptations… Autant vous dire qu’elles sont loin de rendre hommage à l’écriture du bonhomme.
Plongez-vous plutôt dans ses livres et surtout dans « Le braconnier de Dieu ».

Le braconnier de Dieu, c’est Grégoire Quatresous qui quitte son habit de moine comme il l’avait endossé : par hasard. C’est-à-dire que le hasard se présente sous les très jolies formes de Muscade, de quoi envoyer au diable Pompidou et la robe de bure. Et puis tant pis si l’amour ne dure qu’un temps : il y a toujours le vieil ami Baboulot et le Saint Pourçain. Même Jésus s’invite pour investir Grégoire d’une très haute mission..A37717

Beaucoup d’alcool, mais du bon, du parlé rural dont on entendrait presque l’accent, des situations complètement loufoques et tellement cocasses… René Fallet sait y faire pour conter ce genre d’histoire. Y a-t-il un sens à ce roman ? Peu importe. C’est juste une bonne histoire, un vaudeville poétique.

Alors, René, écoute bien. Il y a quelques années de cela, un vieux rouge qui cogite est venu voir l’excellente adaptation de ton livre par la compagnie de l’épouvantail. Il a rit, il l’a lu, il connaissait déjà. Je lui avais même mis dans les mains ton bouquin sur la pêche.
Il a du déjà arriver. Tu vas vite le reconnaître. Un barbu au yeux pétillants, un bon vivant, un gars droit dans ses bottes, un paysan qui a su défendu la cause, un gars joyeux…  Il n’a pas pu boire la bouteille de Saint Pourçain que je lui avais apporté avant hier.  C’est con, hein, d’autant que je lui devais une bonne caisse de conseil de livres. Alors, reçois-le bien, fais lui goûter ce vin divin et dis lui qu’il va nous manquer.
Et puis, mets lui un peu de Gaston Couté, tiens.

Le Braconnier de Dieu/René Fallet. Edition Gallimard. 6.60 €

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s